Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 12:02

La Russie doit lancer prochainement un appel d'offres pour construire une ligne de 660 km dédiée à la grande vitesse entre Moscou et Saint-Pétersbourg. Le président de la SNCF promet de se mettre sur les rangs.

Guillaume Pepy, le président de la SNCF, part à l'assaut des Chemins de fer russes, auxquels il souhaite vendre son expertise en matière de train à grande vitesse. Il a promis au patron des Chemins de fer russes que la SNCF participerait «à l'appel d'offres qui doit être annoncé fin 2011 pour la construction d'une ligne à grande vitesse entre Moscou et Saint-Pétersbourg», a-t-il déclaré lundi dans une interview au quotidien russe Vedomosti.

Alors que la France fête les 30 ans de son TGV, RZD, la compagnie russe de chemins de fer, prépare en effet un appel d'offres géant pour la construction d'une ligne dédiée à la grande vitesse reliant Moscou à Saint-Pétersbourg. Ce projet permettrait de couper court aux violentes critiques qui se sont abattues sur la RZD depuis l'inauguration en décembre 2010 du Sapsan, le train à grande vitesse reliant Moscou à Saint-Pétersbourg équipé de rames Siemens et circulant sur la ligne de fer classique. Sa vitesse ne dépasse en effet pas les 200 km/h, en raison de l'inadéquation de l'infrastructure à la circulation d'un TGV.

Avec plus de seize trains par jour, les habitants des communes situées de part et d'autre de la ligne se sont plaints des embouteillages formés aux passages à niveau. L'histoire d'un habitant dont la maison en feu n'a pu être sauvée par les pompiers à cause du passage du Sapsan donne une idée de l'exaspération des citoyens, qui considèrent que ce train est un privilège réservé aux riches, aux hommes d'affaires et aux hauts fonctionnaires. Les actions de sabotage se sont multipliées.

Plusieurs consortiums internationaux devraient être formés pour bâtir et exploiter une nouvelle ligne de 660 km. Un projet dont le montant devrait atteindre près de 15 milliards d'euros. «La construction de la voie à grande vitesse Moscou-Saint-Pétersbourg est un projet très stimulant et d'une importance énorme, qui va ouvrir une nouvelle ère dans l'histoire des chemins de fer russes», a ajouté Guillaume Pepy dans l'entretien au quotidien russe.

L'appel d'offres pourrait opposer la SNCF, associée à un groupe de construction, à la Deutsche Bahn, au coréen Hyundai ou encore à des groupes chinois. Le calendrier prévoit que le nom du vainqueur soit dévoilé fin 2012, début 2013. La construction de la ligne durera quatre ans, pour une mise en exploitation en 2017.

La Russie a d'autres projets de lignes à grande vitesse dans ses cartons: afin d'être en mesure d'accueillir dignement le Mondial de football en 2018, elle prévoit de construire des LGV pour relier les villes sélectionnées pour les matchs (Nijni-Novgorod, Kazan, Samara, Ekaterinbourg…). Soit, au total, 3000 km de lignes supplémentaires.

Les autres ambitieux projets de la SNCF à l'international semblent, eux, incertains: le marché du TGV La Mecque-Médine pourrait lui échapper au profit des Espagnols, et les États américains intéressés par des lignes à grande vitesse n'ont pas les moyens de les financer. La Russie pourrait redorer le blason tricolore des grands projets ferroviaires à l'étranger.

 Valérie Collet

Le Figaro – 22 août 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires